Accueil - Maison de la poésie - Rennes

 

la mer gelée est une revue franco-allemande.

 

Elle s’inspire de l’idée d’Emmanuel Hocquard pour qui traduire, c’est d’abord « gagner du terrain », et la traduction des textes publiés n’est pas là pour illustrer un peu savamment ou pour décorer la page qui fait face, mais bien pour ouvrir de nouveaux espaces. La revue a favorisé notamment la découverte en France de bon nombre d’écrivains germanophones encore inconnus ou peu connus.

 

Son aventure a maintenant plus de 20 ans. Elle est passée par tous les modes de publication : sur le web, sur papier et auto édité, sur papier avec un éditeur, et même en sommeil. Elle est aujourd'hui éditée et publiée aux éditions Vanloo.

 

Comité de rédaction

Bernard Banoun, Antoine Brea, Alban Lefranc, Noémi Lefebvre, Aurélie Maurin

 

LECTURES

Arno Calleja
Noémi Lefebvre
Bernard Banoun
Frank Williams

La Mer Gelée

Date
20 janvier • 20h
Lieu
Conservatoire de Rennes
Tarif
Entrée libre
Avec
Conservatoire de Rennes
Credits
Editions Vanloo

Dans le dernier numéro de la mer gelée, paru en mai 2021, des auteurs se sont réunis autour du mot FROID.

 

Plusieurs auteurs ayant participé à ce numéro viennent à cette occasion faire une lecture de leurs textes.

 

Pour certain c'est le dégel. D'autres une nouvelle ère glaciaire. Un étrange mouvement entre souvenirs et projections, des dynamiques où la glace semble tout recouvrir, espoirs et vies, et où parfois seule la température de la mort se colle à la température ambiante : c'est le point de chute. 

 

La mer gelée se brise à coups de thermomètre. Il est temps de se mettre au froid. Monter en altitude ? Se plonger la tête dans le frigo ? Acheter un pull ? Apprendre le russe tout un hiver ? Mais qui se souvient de la Sibérie. Pour se rafraîchir l’esprit on peut encore collectionner les mots neige, verglas, bourrasque, bise, glace, crevasse, gel, corneilles, gants, chapka, bottes fourrées, ou se figurer à Paris l’Antarctique, à Istanbul Berlin, à Cuba Vienne, à Lesbos la mer du Nord, mais tandis que les États envoient leurs polices au garot de la plèbe mondiale, les morts ne refroidissent pas et les survivants vivent, qu’il vente ou qu’il pleuve il faudra bien qu’ils vivent.

 

Le même soir

La lecture est précédée de la restitution du workshop entre Arno Calleja et les élèves de Cycle 3 de la section théâtre du Conservatoire de Rennes.