Accueil - Maison de la poésie - Rennes

 

Éric Suchère est écrivain et enseigne l’écriture à l’école supérieure d’art et design de Saint-Étienne. Il codirige la collection « Beautés » avec Camille Saint-Jacques et est le directeur artistique de L’art dans les chapelles. Derniers livres parus : Aérien (Argol, 2019), Jack Spicer, Élégies imaginaires (Vies parallèles, 2021), Majeur/Mineur, vers une déhiérarchisation de la culture (collectif, L’Atelier contemporain et le Frac Auvergne, 2021). Son site.

 

Jack Spicer est un poète américain né le 30 janvier 1925 à Los Angeles et mort le 17 août 1965 à San Francisco.

 

2 rencontres organisées en partenariat

 

Le 16 septembre à 18 h, à la librairie Le Silence de la Mer, 5 places St Pierre, à Vannes.

 

Le 17 septembre à 19 h, à la librairie Myriagone, 16 rue Bodinier, à Angers.

 

RENCONTRE

Eric Suchère
Jack Spicer

Sur Jack Spicer

Date
16 et 17 septembre
Lieu
Librairie Le Silence de la Mer, Vannes
Librairie Myriagone, Angers
Tarif
Gratuit
Avec
Librairie Le Silence de la Mer
Librairie Myriagone

En mars 2021 paraissait aux éditions Vies Parallèles un recueil qui fit l'effet d'un grand boom dans le petit monde de la poésie : Élégies Imaginaires  du poète américain Jack Spicer.

 

Parti vite, à 40 ans, mais laissant derrière lui une œuvre dont l'importance se fera de plus en plus grandissante avec le temps, composée en grande partie de poèmes sériels ou narratifs répartis essentiellement en une douzaine de livres que l'on retrouve au complet dans ces Élégies imaginaires , Jack Spicer se révèle être un nom incontournable pour qui s'intéresse de près ou de loin à la poésie contemporaine.

 

Éric Suchère aura travaillé au total une vingtaine d'années sur ce projet dont une première publication avait eu lieu aux éditions Le Bleu du Ciel en 2006, mais que le traducteur a ici encore revue et enrichie.

 

Spicer croit aux fantômes, et il croit que ceux-ci dictent des mots. Et que le poète est celui dont la tâche est de retranscrire ces mots, sans rien en soustraire ni y ajouter . Ainsi le poète disparaît-il derrière le langage dont il n’est plus qu’un médium. Le poète n’a rien à voir avec ses poèmes, il n’est que le « convoyeur de la poésie » . À travers lui, c’est bien le langage qui se dit lui-même.

 

Aussi cette traduction d’Éric Suchère est-elle l’occasion pour le lecteur francophone de découvrir bien plus qu’une nouvelle conception poétique, aussi originale soit-elle. Par la voix de Spicer, c’est d’une intimité troublante avec le langage dont il peut faire l’expérience. Et ainsi pourra-t-il lui aussi saisir, à son tour, ce que le langage « fait ».