SAISON ACTUELLE (2014/2015)

octobre, novembre, décembre 2014

« Refaisons un tour de grande roue
Attendons qu’elle monte jusqu’au ciel
Puis hurlons ensemble
Des insultes au bon Dieu »
Lio Mei-Shuan

« Vous ne pouvez arracher le moindre épiderme de la terre
L’homme n’est qu’un cheveu
Mais les habitants des lointaines contrées d’Europe et d’Asie
Malgré leurs cerveaux civilisés ignorent tout de l’estime de la terre
Ils arrachent les camphriers du cœur des forêts
Écorchent le cuir des cerfs puis le portent fièrement sur le dos
Offrent des courants toxiques aux poissons des rivières
Rasent la forêt avant qu’elle n’affronte l’hiver »
Walis Norgan


11 décembre 19h30 La Péniche Spectacle



« 25 novembre 1988. Courreaux de Groix. La mer enfumée. 4 heures du matin. Vents de suet qui drapent d'une brume opaque et givrante le halo des projecteurs du pont. Brume-poche les yeux troublés par ce froid livide et les échos verts qui sautillent sur l'écran embué du radar. »
Alain Jégou, Comme du vivant d'écume, éditions La Digitale, 1995.


C'est après avoir lu Passe Ouest (éditions Apogée, 2007), livre dans lequel Alain Jégou retrace, à coups de séquences vives et houleuses, ce que fut son quotidien de marin-pêcheur durant près de trente ans, que le réalisateur Christophe Rey a décidé de consacrer un film à celui qui venait de l'embarquer ainsi, sans préambule, à bord de l'Ikaria, chalutier de neuf mètres cinquante immatriculé à Lorient et habitué à creuser sa route chaque jour, bien avant l'aube, dans la nuit noire, quelque part au large de l'île de Groix et du phare de Pen Men. Son sens aigu de l'observation nous permet d'entrer discrètement dans l'univers très particulier d'un homme qui a réussi à bâtir, parallèlement à son rude métier, une œuvre poétique inclassable où l'océan (sa force, sa hargne, ses sautes d'humeur) reste maître du jeu. 

Son film, Le chant des mers (Candela Productions), sera projeté en sa présence lors de la soirée consacrée à l'écrivain et au poète, décédé le 6 mai 2013. Il sera accompagné par Jean Azarel, coauteur – avec Alain Jégou et Lucien Suel du livre Papy Beat Generation – et auteur récemment de Love is everywhere (éditions Gros textes) et par Benoît Delaune, musicien et auteur, qui a préparé, présenté et annoté Direct Live, un livre inédit d'Alain Jégou, à paraître début 2015 aux éditions Apogée.







Jean Azarel, Christophe Rey, Benoît Delaune


20 novembre 19h30 MIR



La Maison de la poésie de Rennes, la Maison Internationale de Rennes et le festival Migrant'Scène vous proposent une progression tout à fait originale dans le parcours et l’œuvre multiple de Seymus Dagtekin qui a choisi de convier:

Salih Akin, maître de conférence à l'Université de Rouen et spécialiste de la question kurde en Turquie, qui nous permettra de suivre le cheminement  de Seyhmus Dagtekin, de son enfance au village d’Arun vers sa pensée politique.

Gaël Le Ny, photographe ayant travaillé au Kurdistan turc et Dominique Collignon-Maurin, acteur, saxophoniste et joueur de ney (flûte roseau) pour découvrir une proposition transversale dans une forme que le poète maîtrise bien, la lecture-concert.

 







 

La résidence d'automne:


« Je tente d'habiter un souffle, une transversalité et de le faire à travers mes langues, sans que cela ne m'éloigne de ceux qui habitent les autres langues et géographies. Tisser des liens dans cette transversalité et les vivre intensément. Un Kafka, un Dostoïevski, un Artaud, un Deleuze, un Rûmi font partie de ma chair. Mais littéralement. Je me dis, tout comme j'appartiens à l'humain, aussi tout ce qui est humain m'appartient que je tente de relier avec ce pont, sans feu. » (Juste un pont sans feu. Ed Le Castor Astral)


Le 22 mai 2015, Seyhus Dagtekin est revenu pour rencontrer une classe de première L du Lycée Amiral Ronac'h à Brest et atelier un atelier d'écriture à Quimperorganisé par le Pot aux Roses


En février 2010, la Maison de la Poésie avait invité, pour une soirée, Seyhmus Dagtekin. Le désir d’un grand nombre était non seulement de le revoir mais de l’accueillir plus longtemps. Il a accepté d’être le résident d’automne 2014. Qu’il en soit remercié.

« Seyhmus Dagtekin, poète romancier, né et élevé dans un village kurde en Turquie, vit à Paris depuis 1987. Il écrit en turc, en kurde ou directement en français.
Un itinéraire d’artiste toujours méfiant à l’égard des destins figés, des identités assignées. » peut-on lire sur son site 

" Je suis un curieux vertébré qui imagine se faire un monde, une maison avec des mots qui ne seraient même pas les siens. »(Ma maison de Guerre. Ed Le Castor Astral)

 Ses mots, Seyhmus Dagtekin, durant toute sa résidence, va les partager avec des scolaires, des lecteurs  en Ille et Vilaine, bien sûr, mais aussi dans les  Côtes d’Armor, le Morbihan, le Finistère.
 Nous pourrons suivre toutes ces rencontres sur cette page.


Lundi 10 novembre
Atelier d'écriture  à la Maison bleue et avec son concours
            42 élèves (2 classes) de 1ère L du lycée Charles de Gaulle de Vannes


Lundi 10 novembre
Rencontre et atelier d'écriture faisant suite à la visite de l'exposition du 7 novembre à la MIR, avec 26 élèves de 3e, au collège Les Gayeulles à Rennes


Vendredi 7 novembre
Visite de l'exposition de photos d'enfants kurdes, prises lors d'un atelier animé en Turquie par le photographe Gaël Le Ny, par des élèves de 3e du collège des Gayeulles.Atelier d'écriture à partir des photos exposées.

Merci à Corine de la MIR pour son implication dans ce projet d'atelier.


jeudi 16 octobre

Dans le cadre du cycle "Un jeudi un écrivain"

la Ligue de l'enseignement invité Seyhmus Dagtekin

à la Maison Louis Guilloux

de Saint-Brieuc (22)

 




Vendredi 3 octobre

Seymus Dagtekin rencontre une classe de première L du Lycée Jean-Macé de Rennes


Les soirées:


15 octobre 19h30 Maison Bleue



 

Jean-Christophe Belleveaux, en résidence à la Maison de la Poésie lors du printemps 2012 et Sylvie Durbec lors de l’automne 2012, seront accueillis par La Maison Bleue à l’Espace lecture Saint-Martin
La Maison de la Poésie ressent un immense plaisir à les retrouver. Ils sont voix de partage et d'ouverture, voix qui invitent au voyage et à la rencontre. Ils nous feront découvrir leurs recueils :
Celui de Jean-Christophe Belleveaux, Démolition, paraît aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune :

« …pour sûr que ça brûle
ça ! qui n'éclaire pas
ne réchauffe pas
fait mal
il y a une combustion du sens enfoui… »

Celui de Sylvie Durbec, Sanpatri, aux éditions Jacques Brémond :

« …je veux le commencement
je ne veux pas l’origine
je veux initier le verger
commencer à écrire pour
que le jardin s’ordonne… »

Le court métrage Smouroute  (S. Durbec et N. Guen) qui vient de recevoir le Prix Laurent Terzieff au festival Ciné Poème sera projeté au cours de la soirée.


 







Autour de la rencontre

Et dans le cadre du partenariat établi avec la Maison Bleue, Sylvie Durbeca animé un atelier Poésie et collage à l’Espace lecture Saint-Martin le mardi 14 octobre