SAISON ACTUELLE

septembre, octobre, novembre, décembre 2012

Après le succès de leur déambulation poétique en juin dernier, les trois comédiens sensibles et déjantés de La Caravane Compagnie reviennent en proposant de lancer la programmation 2012-2013 de la Maison avec humour et décontraction. Une belle manière de découvrir la saison concoctée par l'équipe artistique, mais surtout de partager l'énergie, l'humour, la sensibilité et le talent de la Caravane Compagnie.






Du 27 septembre au 23 novembre 2012, Sylvie Durbec sera accueillie par la Maison de la Poésie de Rennes, rencontrera le public et des groupes scolaires et sociaux. Prenant son quartier d'automne au bord du canal Saint-Martin, elle se consacrera à l'écriture d'un texte de résidence qui sera publié en 2014. Plusieurs rencontres publiques sont organisées à l'occasion de son séjour à Rennes.

 


Vendredi 28 septembre

Sylvie Durbec, anime une journée de formation poésie et créations /collages auprès de bibliothécaires. La journée, qui se tiendra au Cap à Plérin, est organisée en partenariat avec la Bibliothèque des Côtes d'Armor.




Lire les poèmes de Sylvie Durbec courbe la pensée vers l’humus. L’humble voix de Sylvie  Durbec invite à la contemplation du jardin, des plantes, des corps, des visages. Elle creuse le regard, les voix et ses poèmes sont d’infinies variations telle la marée qui revient calme et lente, mais qui n’est jamais la même. Car, ne nous y trompons pas ce calme vient comme après la tempête, quand les êtres ont disparu et n’ont laissé que leurs traces, leur souffle.

Il est rare d’entrer ainsi par le dehors, par les petits riens d’une existence toute tournée vers le ciel et la terre en des détails où gît l’essentiel. Le poète est encore celui qui permet le doute en ne nous élevant pas dans le surplomb des idées ; la pensée est en mouvement dans la marche d’une fourmi. Pas de ces nerfs à vif, le baume du temps est à l’œuvre : on peut décider d’oublier, pour toujours se souvenir. Certes, quelques blessures sont révélées, mais discrètement, au détour d’une phrase : la disparition d’un père dans une rue de Marseille, une mère dans sa chambre d’hôpital.
La vision du monde s’offre à nous à partir des oreilles plus tendues, des yeux plus ouverts, des pas plus attentifs, rien de global, de menues observations, des détails, des couleurs, des voix souvent sans personne : ce qui reste des êtres disparus. Sylvie Durbec nous intime dans une lecture verticale : la typographie nous invite dans un mouvement de la terre au ciel. Aussi, l’avenir n’advient pas, le temps est un creuset où se mêlent les sensations immédiates et les réminiscences. Finalement la voix du poète est celle des absents, des oubliés, des errants, des corps, des herbes, des arbres, des chemins non tracés.

Et c’est au bout de longs silences, d’une marche lente et secrète que se lève la poésie de Sylvie Durbec.
Claire Novack




(Photo Denis Heudré)











Sylvie Durbec a rencontré une classe de CE2 de l'école d'Orgères, le vendredi 26 octobre (ci-contre), une classe de 5ème du collège de Cleunay, le 25 octobre (ci-dessus),
une classe de BTS du Lycée Jean-Macé le 23 octobre

et une classe de 2nde du Lycée Saint-Vincent le 26 octobre.


 

mercredi 7 novembre :rencontre et échanges avec un groupe de femmes mal voyantes (association Rétina-France)


Le mercredi 14 novembre: Rencontre/échange avec un groupe de jeunes de l'hôpital de jour encadré par la Balade des Livres.


 

vendredi 16 novembre :
rencontre avec une classe de Première L du Lycée Jean Macé.


vendredi 16 novembre
Sylvie découvre les écrits sur le sol de la cour du collège des Gayeulles...

Rencontre avec une classe de 6ème du collège des Gayeulles
(rencontre autour de Chaïm Soutine)





Mardi 20 novembre

Sylvie Durbec
rencontre deux classes de CE2-CM1 de l'école Notre Dame Du Vœu de Hennebont (56)


sonothèque

D'abord la poésie.
Qui va avec le mot compagnie et cette fleur que j’aime, le compagnon blanc (ou silène) que l’on découvre sur les chemins, en bord de route, mauvaise herbe, disent les jardiniers sévères, mais Denis Hirson jardinier et poète, l’adopterait sans hésiter et lui ferait place dans son jardin modeste où il sait jardiner dans le noir.
Pour Jacques Brémond, poète et  éditeur, le verbe accompagner me paraît convenir, pour lui l’infatigable coureur de routes et de mots.
La musique cette fois sera le silence.
Leur compagnie à tous deux me sera précieuse, pour m’aventurer avec eux  sur la route de Rennes à la mer.

Sylvie Durbec











  JEUDI 22 NOVEMBRE - MAISON DE LA POESIE - 15H30  

Table ronde autour de et avec Jacques Brémond,
organisée par les étudiants de l'association
DE[K]LAMONS - LA POESIE A L'UNIVERSITE RENNES 2,

sur le thème :

L'édition de poésie face au libéralisme

avec Yves Prié, Jacques Josse, Erwann Rougé.









Toute l'équipe de la Maison de la Poésie vous souhaite de passer de joyeuses fêtes de fin d'année!