SAISON ACTUELLE

La Maison de la Poesie coordonne le Printemps des Poètes

mars 2013 : Les Polyphonies

Sculptures:

http://www.opus-decor.com




"Apparaissons" de Mariette Navarro
en langue des signes
SAMEDI 9 MARS 2013 à 16h
Place de la mairie, à Rennes 

Balade poétique dans le centre ville
par la Caravane Compagnie


LES VOIX DES POLYPHONIES
VIDEOS...des bribes, des instants saisis

SONOTHEQUE


Mardi 12 mars. 19h
au Triangle
Soirée d'inauguration du Printemps des poètes à Rennes




" Charles Pennequin transforme l’écoute et le désaccord en bioénergétique, ce qui concerne les transformations de l’énergie dans les tissus vivants, alors les mots, que Charles Pennequin bine, ouvre, taille, cogne, avec, il s’emporte comme un perdu, comme un sans langue et qui cherche à renaître contre la merde, la noirceur d’être, l’ennui, le déclin, la vanité, Charles Pennequin fait de l’énergie, et en donne beaucoup."Jean-Pascal Dubost

" Jean-Michel Espitallier est un des poètes contemporains qui a le plus modifié l’image attendue de la poésie. Il est représentatif d'une génération qui, proche en cela de l'art contemporain, opte pour des pratiques poétiques variées, construites, accumulatives et drôles "
Jérôme Mauch




vidéos
sonothèque

Mercredi 20, vendredi 22, samedi 23 mars
Spectacle poétique et musical
pOema vOci - pOema vOce – 3ème  édition -  par la Balade des Livres

Mercredi 20 mars, 15h à la Péniche Spectacle
Vendredi 22 mars, 19h à l'Espace Lecture de la Maison Bleue
Samedi 23 mars, 11h à la Maison de la poésie de Rennes



Mercredi 20 mars, 20h30
à la Péniche Spectacle

Soirée-cabaret : Des Mots qui « des notes », par le Théâtre du Pré perché

Prix d'entrée : 10/9 euros


Mercredi 20 mars, 19h
au bistrot La Quincaillerie Générale 

Soirée Voix Nouvelles



vidéos


Le blog d'Ilann Vogt
Le blog de Cécile Guivarch
Le blog d'Anaël Chadli

Jeudi 21 mars, 19h30
à la Maison de la poésie de Rennes
 

Soirée libanaise : Carte blanche à Dé[k]lamons




vidéos



Vendredi 22 mars, 18h
à la Maison de la poésie de Rennes

18h : Constellation du Sud / Argentine, Bolivie, Chili
Carte blanche à l'association Travesias



vidéos
sonothèque


Vendredi 22 mars, 19h30
à la Maison de la poésie de Rennes

Lectures croisées : Fabienne Courtade / Mariette Navarro


"Dans mon écriture, il y a toujours la présence de l'autre (...), de petits signes. Il y a une nécessité à sortir de cette absence de soi et du monde qui résonne comme une rumeur."
"L'écrit entretient un rapport interne avec l'absence, écrivait Pierre Fédida.  L'absence fait vaciller la certitude des perceptions et des pensées. Ce n'est pas l'absence de quelqu'un en particulier, c'est une absence plus globale (...) qui prend la forme d'un déplacement des corps et des mots. On se déplace sur du vide. "
"Les mots sont toujours à retrouver, le possible reste toujours un peu éloigné  (…)/
J'invente ce qui passe, c'est un signe que j'adresse à quelqu'un, quelqu'un qui n'existe pas."

Extraits d'un entretien  Stéphane Branger/ Fabienne Courtade - 2003.
Et extrait du Cahier des rencontres poétiques de Montpellier, 2004. Fabienne Courtade.

« Alors Carcasse, le premier récit de Mariette Navarro, s’impose par la densité de l’écriture, par la force du personnage qui assume crânement son choix de fixité. Il n’est ni sourd ni aveugle, il perçoit et comprend les réactions d’incompréhension qu’il suscite. Il fait face, serait même prêt à composer, mais à son rythme ; or son rythme n’est pas celui du temps. Il va aussi loin qu’il peut compte tenu de ses limites : ses infimes explorations et tentatives de dépassement sont en cela infinies, universelles. Elles ont valeur d’exemple. »

Rémy Jacqmin



vidéos
sonothèque



Samedi 23 mars
12h30
marché des Lices
lectures sous parapluie par l'atelier Celui qui lit




Samedi 23 mars
17h30 : Scène ouverte !!!!!
retour à la Maison de la poésie de Rennes



 
Interview JP Verhaggen par radio Univers
 

Samedi 23 mars
19h30 : Soirée de clotûre
lectures croisées : André Gache / Jean-Pierre Verheggen


"André GACHE est né à Saint-Sauveur-en-rue (Loire) dans un lieu où on parlait patois et où on allait à l’école en sabots. Comme toutes les pommes de terre, il a poussé en ingurgitant pas mal
d’engrais (le Français sans faute, bien d’autres choses indispensables bien sûr…) et il a perdu ses feuilles. C’est pour ça qu’il a écrit un certain nombre de choses à tubercules, et pires encore. Une écriture de pomme de terre. "
AG

"La poésie de Jean-Pierre Verheggen : cette grande foire au verbe qui joue de l’approximation, du lapsus, du calembour douteux et de l’erreur de syntaxe pour faire jaillir la joie de parler, même (et surtout) si c’est pour ne rien dire. Car la langue n’a rien d’idéal. Elle n’est ni parfaite ni perfectible.  [...] C’est donc avec délectation que ses textes se penchent sur des lieux du non-sens [...] pour en révéler, avec une certaine tendresse, l’absurde par hyperbole. "

Vincent Morch





vidéos
sonothèque