Liens directs - Maison de la poésie - Rennes

 

Festival

Les Polyphonies

Mars 2017

 

 

 

 

 

 

Festival Les Polyphonies 

10 ème édition


Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017

 

Pour cette dixième édition du festival Les Polyphonies, qui se dérouleré cette fois-ci hors les murs, la parole poétique a pris corps à travers des voix d’auteurs venus de Chine, d’Italie, de Croatie, des États-Unis et de France, et explorera des territoires singuliers.


Plus de détails sur le blog du Printemps des Poètes.

 

Pour télécharger le programme du festival, cliquez ici.

 

 

 

 

 

Jeudi 9 mars 2017 - 19h

 


En partenariat avec l’Institut Confucius de Bretagne sur la Péniche Spectacle – Rennes.  

 

 

Né en 1961 à Shanghai, Li Li est poète, traducteur mais aussi photographe. 


En 1979, il intègre le département de suédois de l'Institut des langues étrangères de Beijing. Il s'installe en Suède en 1988, et se spécialise dans la littérature suédoise à l'Université de Stockholm.

Un recueil de poèmes en suédois est publié en 1989, « Le regard dans l'eau », puis c'est « Sauter » (1994), « L'habitat c'est toi » (1999), « Origine » (2007)..., autant de recueils publiés en suédois qui lui valent en 2008 le Prix littéraire de la presse de Suède, d'être nommé par le poète suédois et lauréat du Prix Nobel de littérature Harry Martinson le premier lauréat du « Prix de l'heure royale », etc.

 

Il a traduit beaucoup de poètes d'Europe du nord, dont un recueil d'Edith Södergran « La rose et l'ombre », une anthologie de poètes contemporains suédois « Le son de la neige glacée » et en 2011 l'intégrale des poèmes du prix Nobel de littérature Tomas Tranströmer.

 

Il a également, outre ses traductions des poètes nordiques, traduit plusieurs poètes chinois contemporains comme Xi Chuan ou Mai Cheng, édité deux recueils de photographies (« Ximeng et Weila », « Poèmes cinéma »), et cinq poèmes cinématographiques (dont « La ville blanche », « Deux villes d'eau »...) ont été projetés à la télévision suédoise durant le festival culturel « Nike ». En 2016 il a publié un recueil de poèmes « Confessions de la neige ».

 

 

 

 

Shu Cai de son vrai nom Chen Shucai, poète et traducteur né en 1965 dans la province du Zhejiang.

 

Diplômé de langue et littérature françaises, il a été diplomate de 1990 à 1994 à l’Ambassade de Chine au Sénégal. Chercheur en poésie française à l’Institut des Littératures étrangères de l’Académie des Sciences Sociales de Chine, il vit et travaille actuellement à Beijing.

Traducteur de Pierre Reverdy, René Char, Saint-John Perse et Yves Bonnefoy, Shu Cai est l’un des fondateurs de l’école de la poésie « la Trosième Voie » et s’investit particulièrement dans l’étude des littératures et cultures étrangères.

 

Il est l’un des fondateurs de la revue trimestrielle "Lire la poésie" et de la revue annuelle "Traduire la poésie", créées en 2011. Ses poèmes ont été traduits en français et en anglais.

 

 

 

Yu Xiang est née en 1970. Elle vit à Jinan, dans la province du Shandong et s’exprime de façon directe, avec des mots de tous les jours.

Toutes ces caractéristiques donnent, à la lecture de ses textes, une impression de force.

«  tiens, parlons de la
rue, sur les étals en
bordure
on boit de la bière
pression, écosse du
soja
tiens, pelons ce
soleil d’été qui nous
talonne
tel un fruit bien
juteux, en une nuit il
a mûri
et pourri. En été… »

(Dans la rue) D’autres choses, éditions Caractères 

 

Chantal Chen Andro, traductrice et maître de conférence à l’université Paris 7, a assurée la traduction.

 

 

Vendredi 10 mars 2017 - 19h


En partenariat avec l’Hôtel à Projets Pasteur et l’Association Keur Eskemm.


Inauguration du Printemps des Poètes à Rennes et du Festival Les Polyphonies.

 

 

AU CŒUR DU FESTIVAL : UN PARCOURS ARTISTIQUE


La Maison de la Poésie de Rennes a mis en place un partenariat avec l’association Keur Eskemm et son projet LAP (Laboratoire Artistique Populaire travaillant sur l’expérimentation des arts auprès d'un groupe hétérogène de 25 jeunes âgés de 18 à 30 ans et qui était en résidence à l'Hôtel à Projets Pasteur à Rennes).


Un temps de travail sur plusieurs séances a été proposé aux jeunes du Laboratoire Artistique Populaire avec Claude Ber (poète) et Frédérique Wolf-Michaux (comédienne, chanteuse) invitées du festival Les Polyphonies, autour de la thématique « Poétique et politique : la parole au cœur de la cité».

 
Des ateliers de lecture et de découverte de l’écriture poétique ont été le point de départ d’un projet d’aménagement d’un lieu, que le public a pu découvrir à l’Hôtel à Projets Pasteur lors de la soirée d’inauguration du Printemps des Poètes, et qui a été accessible durant tout le mois de mars 2017.

 

Lecture de quelques membres du LAP lors de la restitution du travail effectué avec Claude Ber et Frédérique Wolf-Michaux.

 

 

 

Claude Ber est poète et auteur(e) dramatique. Elle a publié une vingtaine d’ouvrages (poésie, théâtre, livres d’artistes, essais). Parmi les derniers en poésie: Il y a des choses que non, Ed. Bruno Doucey, Epître Langue Louve, La Mort n’est jamais comme (Prix International de poésie Ivan Goll), Ed. de l’Amandier

« langue louve toutes
voix confondues sauvages et
nourricières, l’obscur scelle son
halo de clarté. Louange et
vindicte. A la conque de l’oreille, au
buisson des sens, à l’ardeur qui fait ce
buisson s’embraser, l’appel sexué du
sensible dans son bruissement tient de
l’amour ou le
figure. Tapage, mélodie, murmure, tintamarre de
souffles et de voix pour que
trouvent nos
mots d’autres corps qui
les parlent

la langue bruit et
on n’écrit pas dans le
noir » Epître Langue louve, Editions de L'Amandier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Frédérique Wolf-Michaux. Comédienne, chanteuse, metteur(e) en scène. Son cheminement est à chaque fois de créer un challenge, un dialogue autour d'un texte fort et d'utiliser les tensions entre théâtralité et musicalité, entre sonore et visuel pour le faire entendre autrement, pour en explorer les potentialités à travers le prisme de la rencontre d’arts et de créateurs pluriels.

 

 

 

 

Samedi 11 mars 2017 - A partir de 15h30

 

En partenariat avec la Péniche Spectacle - Rennes.

 

 

 

 

15h30 : Maxime Hortense Pascal vit dans le sud de la France, elle est écrivain et poète.

Sa production couvre un spectre allant du poème au roman, du vers à des formes plus accidentées.
Ses collaborations avec des chorégraphes, des musiciens et des artistes contemporains (installations, arguments, regard extérieur …) éclairent son travail d’écriture et en approfondissent les marges.

 

"parce que les couloirs sont des livres
parce que les notes poussières
les minutes tournent à vide en rond au carré
parce que les paroles transverses se rendent inoubliables". Le tambour de Pénélope, éditions Plaine Page.

 

 

 

16h30 : Andrea d'Urso, est né à  Rome en 1970.

Ses nouvelles et poèmes sont publiés par de nombreuses revues.

 

Il porte un regard corrosif sur notre monde, un esprit de contestation fortement teintée d’humour.

Un style alliant puissance et désinvolture marquent cette poésie.

 

« [...]
j’ai tous les albums de steves wonder,
j’ai même une femme et un fils, mais pas d’enfance tourmentée,
je ne me réveille pas en sursaut pour écrire,
la seule fois où je me suis réveillé en sursaut c’était quand la télé a explosé… »(Maudit). Robinetterie. Inédits. Traduction : Muriel Morelli


Tournée de l’auteur en France 

en partenariat avec la Médiathèque de Reims, l’Association Dixit Poétic, la Maison de la Poésie de Nantes, la Maison de la Poésie Rhône-Alpes. 


Jeudi 9 mars 2017, lecture à la Médiathèque de Reims.
Vendredi 10 mars, à Paimpont (35), lecture organisée par l’Association Dixit Poétic.
Samedi 11 mars, festival Les Polyphonies organisé par la Maison de la Poésie de Rennes et Région Bretagne.
Mercredi 15 mars, Le lieu unique, lecture organisée par la Maison de la Poésie de Nantes.
Jeudi 16 mars, Grenoble, lecture organisée par la Maison de la Poésie Rhône-Alpes."

 

 

 

19h : Lecture de Claude Ber et Frédérique Wolf-Michaux.

 

 

 

Dimanche 12 mars 2017 - A partir de 15h

 

En partenariat avec la Péniche Spectacle - Rennes.

 

 

15h : Vanda MIKŠIC est née en 1972, en Croatie. Elle est poète, traductrice. Elle enseigne actuellement la traduction à l´Université de Zadar (Croatie). Elle traduit également de la poésie croate en français, notamment pour la collection Domaine croate/Poésie des éditions L'Ollave et a reçu récemment le Prix Iso Velikanovic pour la traduction du roman La Vie mode d'emploi de Georges Perec. Elle a publié des ouvrages théoriques et des ouvrages de poésie.

 

« je serai insolente et me tairai de façon insolente.
je ne desserrerai pas les dents, ne mettrai rien dans le mot.
je n’en n’aurai même pas l’idée, même pas l’envie d’en avoir l’idée.
de sentir. de pressentir. par pure insolence.
ainsi. Il n’y aura pas un soupçon de réponse
quand je me serai posé la question à moi-même. » (La question) Sels, Editions L’Ollave.

Traduction : Martina Kramer et Brankica Radic.

 

 

 

16h : Marilyn Hacker est l'auteure de treize recueils de poèmes en anglais.

Deux recueils sont parus en traduction française, dont La Rue palimpseste ( prix Max Jacob étranger, 2005). Elle est aussi la traductrice d'une quinzaine de recueils de poètes français ou francophones, dont Vénus Khoury-Ghata, Guy Goffette et Emmanuel Moses.

 

« [...] Dans la clarté violente,
une silhouette, androgyne, pose des mosaïques
(où est-on ? À Paris ? Londres ? Prague ? New York ?)
Ensuite, par un escalier en colimaçon,
elle vous conduit dans la bleue explosion
de l'air brillant de l'aube. Mais disparaît soudain -
chair impatiente, avatar mercuriel
envoyé par le désir ? l'imagination ?
C'est alors qu'on trouve exactement ses repères :
la rue est étroite, on en distingue la fin. » La Rue palimpseste , éditions de La Différence.

Traduction : Claire Malroux