Accueil - Maison de la poésie - Rennes

 

Habiter en poète un monde en guerre, c'est ce que fait Ali Thareb corps et âme. Né en 1988 peu après la fin de la guerre Iran-Irak, la poésie est pour lui vitale :

« elle me permet de me sauver et d'essuyer, ne serait-ce qu'un petit peu, le sang qui coule sur ma vie. [...] J'essaie constamment d'ouvrir notre mort quotidienne avec toutes ses facettes, sur les limites du mot, le mot qui pousse non pas comme une rose mais comme une balle. »

 

Il est membre de la Milice de la Culture, un collectif de poètes irakiens qui dénoncent les horreurs de la guerre par le biais de la poésie-performance. Vêtus de la combinaison orange des condamnés à mort de l'État Islamique, ils se déplacent sur les traces de l'EI, récitent des poèmes depuis une cage de prisonniers, une ambulance ou au milieu d'un champ de mines. Ces performances sont devenues pour eux un exutoire pour dénoncer l'indicible et l'absurdité d'une violence qui se banalise.

 

23 avril 2019 • 19h

RENCONTRE

Maison de la Poésie de Rennes • 47 rue Armand Rébillon

Poésie irakienne

À l'occasion de sa venue en France, la Maison de la Poésie de Rennes et Région Bretagne a l'honneur et le plaisir de recevoir Ali Thareb et sa traductrice Souad Labbize le temps d'une soirée, pour une rencontre autour de son recueil Un homme avec une mouche dans la bouche (Ed. des Lisières).

 

Il y sera question de la poésie comme combat, de l'écriture dans un pays en guerre et de la façon dont les mots affrontent l'indicible.

 

Entrée libre et gratuite