Accueil - Maison de la poésie - Rennes

© Catherine Keke Caky Bretonnière

 

"Ne doutons donc jamais de la capacité d’un enfant à percevoir, à sentir et à ressentir. Ne réduisons pas ses chances d’éprouver du plaisir en sélectionnant et excluant à sa place. Tout récemment, une élève de 6e m’a confié, spontanément, sans que personne ne lui souffle : « Souvent, je ne comprends pas, mais je sens de l’émotion ». 

 

"Faudrait-il toujours tout passer au crible de l’explication ? Sentir va au delà de comprendre, va ailleurs. Vous me direz que la mission d’un enseignant est de faire comprendre et d’expliquer ; un mot difficile ici, oui, une métaphore inattendue là, peut-être. Mais l’ensemble d’un poème, son entièreté, non : il doit simplement aider à le faire sentir, sentir sa musique, son rythme, sa fantaisie, j’allais dire : son odeur. Même le poète évite d’expliquer ce qu’il écrit (et quel poète comprend absolument tout de ce qu’il a écrit ?) ; Jean Cocteau disait : « Il est aussi difficile à un poète de parler poésie qu’à une plante de parler horticulture », ce que contresigne Jean Lescure : « la poésie ne s’explique pas. Elle s’éprouve ou elle se méconnaît. »

Et le peintre Georges Braque : « Il n’est en art qu’une chose qui vaille : celle qu’on ne peut expliquer. »

Gustave Courbet, encore : « Si on pouvait expliquer les tableaux, il n’y aurait pas besoin de les peindre. »
 

Bernard Bretonnière

 

L'ANTHOLOGIE DÉSORDONNÉE

suite à la résidence en Bretagne romantique à l'automne 2017

L'ANTHOLOGIE désordonnée par Bernard Bretonnière

 

 

L'ANTHOLOGIE désordonnée 

 

(mais la poésie doit-elle répondre à un ordre ?)  

 

recueillant des poèmes  pouvant être appréciés par les enfants même s’ils n’ont pas toujours été écrits pour eux proposée par Bernard Bretonnière.

 

Etablie en partie lors de sa résidence cet automne en Bretagne romantique, cette anthologie "intègre délibérément des textes non écrits à destination spécialisée des enfants, et vise à sortir des sempiternels choix communs à la plupart des anthologies existantes qui se recopient indéfiniment les unes les autres, sans fantaisie, originalité, ni vraie curiosité. Bref, comme dit Valérie Rouzeau, créatrice et animatrice de Dans la lune, on pourra voir là une volonté de « décarêméliser » (exit Maurice Carême) la poésie. Reste que cette anthologie ne fait pas l’impasse sur certains poèmes célèbres et souvent proposés aux enfants pour la richesse inépuisable qu’ils offrent."
 

Environ 130 pages de poèmes, accompagnées de quelques notes et réflexion sur les choix de ces textes et le pourquoi de cette anthologie, ainsi que des éditeurs, des collections, et quelques livres de pédagogie.